To learn about what Facebook Data for Good is doing in response to the COVID19 pandemic, click here.

L’état global des petites entreprises

Hero Header Illustration

Les petites et moyennes entreprises (PME), qui sont vitales pour l’économie globale, font face à des défis sans précédent en pleine pandémie du COVID-19. Le confinement, la distanciation sociale et le recul économique ont conduit de nombreuses PME à fermer ou à faire face à des diminutions de revenus, des limitations de trésorerie et des réductions d’effectifs.


L’Enquête sur l’Avenir des Entreprises, une collaboration entre Facebook, la Banque Mondiale et l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), a interrogé en mai 2020 les petites et moyennes entreprises dans plus de 50 pays et régions afin de comprendre leurs expériences et leurs besoins en matière de soutien.


L’étude a montré les effets étendus qu’a eus la pandémie sur les PME, particulièrement dans les secteurs axés sur les consommateurs, les entreprises menées par des femmes ainsi que les micro-entreprises. En plus des effets financiers immédiats, les PME doivent également gérer les problèmes résultant du confinement, par exemple la garde d’enfants ou l’accompagnement scolaire durant les jours de travail. Ces problèmes-là aussi touchent de manière disproportionnée les femmes chefs d’entreprise.


Les entrepreneurs font néanmoins preuve de résilience et beaucoup restent optimistes quant à l’avenir, en dépit de leur situation. Ils ont cependant un besoin urgent de soutien financier sous forme de subventions salariales, de reports de taxes, et d’accès à des prêts et autres crédits.

La fermeture des entreprises révèle des effets inégaux

L’imposition du confinement pour freiner l’épidémie du COVID-19 a contraint de nombreuses entreprises à arrêter leurs opérations sur site. L’enquête a révélé qu’entre janvier et mai 2020, 26 % des PME ont fermé. Dans certains pays, cela monte jusqu’à 50%.


Les secteurs axés sur les consommateurs ont été le plus durement touchés : 54 % des agences de tourisme et 47 % des PME actives dans l’horeca et l’événementiel étaient fermées lors de l’enquête. Les micro-entreprises, qui sont possédées et gérées par une seule personne, ont ressenti le plus ces effets.

 

Les PME menées par des femmes ont également été plus fortement touchées : comparées aux PME menées par des hommes, elles sont 7 points de pourcentage de plus susceptibles d’avoir fermé au moment de l’enquête. Il y a non seulement davantage de femmes qui sont chefs de micro-entreprise (37 %, face à 24 % d’hommes), mais les PME menées par des femmes sont également plus susceptibles de se trouver dans les secteurs les plus touchés par les confinements. De plus, l’écart entre les sexes au niveau du taux de fermeture augmente avec la sévérité du confinement en vigueur.

 

Une grande proportion des femmes ayant répondu à cette enquête gèrent des micro-entreprises (37 % des entreprises menées par des femmes ne comptaient aucun employé avant le COVID-19, comparées à 24 % pour les hommes). Ces dernières ont particulièrement été touchées par les fermetures (30 %, face à 25 % pour les entreprises comptant 1 employé ou plus).

Les PME confrontées à des effets immédiats et secondaires

Beaucoup de PME restées ouvertes ont affiché une baisse de leurs ventes. 62 % des PME en activité au moment de notre enquête affichaient des ventes inférieures au cours des 30 derniers jours, comparé à la même période en 2019. 57 % d’entre elles ont signalé une baisse des ventes de 50 % ou plus. Ces baisses ont souvent conduit à des réductions de personnel : une PME sur trois en activité a indiqué avoir réduit ses effectifs en raison de la pandémie.

Les dirigeants de PME ont également du mal à concilier responsabilités professionnelles et familiales, devant gérer la garde et l’éducation des enfants tout en luttant pour la survie de leur entreprise. Là encore, cet aspect affecte les femmes de façon disproportionnée : 23 % des femmes chefs d’entreprise ont indiqué consacrer au moins six heures par jour aux tâches domestiques et familiales, comparé à 11 % chez leurs homologues masculins.

 

Alors que certains pays commencent à assouplir leurs mesures de contrôle, la moitié des PME indiquent que la baisse de la demande demeure un réel défi, 37 % d’entre elles citant des problèmes de trésorerie. Les PME ont par ailleurs un point de vue mitigé sur l’emploi. Seuls 8 % des dirigeants déclarent qu’ils recruteront du personnel dès qu’ils pourront reprendre leur activité.

La demande de financement est forte

L’accès à un financement peut s’avérer essentiel pour les PME, qui ont tendance à se baser sur les recettes courantes et les bénéfices non répartis. Dans le même temps, cet accès peut vite se retrouver limité en raison des actifs réduits des PME, de leur historique de crédit limité ainsi que des profils de risques perçus ; autant de facteurs qui laissent moins de marge de manœuvre par rapport aux grandes entreprises en cas de ralentissement économique.

 

Ces derniers mois, l’assistance financière a été cruciale. Près d’un quart (23 %) des chefs de PME interrogés rapportent qu’ils ont reçu un soutien financier suite à la pandémie, principalement sous la forme de subventions et prêts gouvernementaux. 27 % des chefs de PME ont toutefois rapporté qu’aucune aide n’était disponible au moment de l’enquête.

 

Pour les PME, le chemin vers le retour à la normale est loin d’être tout tracé, et l’accès aux financements continue à être crucial pour survivre à la crise. Sans surprise, 30 % des chefs de PME ont suggéré qu’ils souhaiteraient recevoir des subventions salariales, des reports de taxes et un accès à des prêts et autres crédits.

 

En dépit de cette situation, les chefs de PME continuent à faire preuve d’optimisme. Parmi les PME fermées au moment de l’enquête, 74 % s’attendent à rouvrir une fois que les mesures de confinement seront levées. Pendant le confinement, de nombreux chefs de PME ont consacré du temps à préparer la réouverture et l’adaptation de leur modèle d’entreprise en développant, par exemple, une présence numérique.

 

Lors des prochains mois, le programme d’enquête continuera à surveiller les besoins et les défis rencontrés par les PME.

 

 

Télécharger le Rapport sur l’état global des petites et moyennes entreprises

To personalize content, tailor and measure ads and provide a safer experience, we use cookies. By clicking "Accept All", you agree to our use of cookies on and off Facebook. Learn more, including about controls: Cookie Policy